A califourchon.

 

Ouf une semaine normale et je vous en livre de suite la substantifique morale:

 

La connerie est immortelle,

Les foreurs sont des cons,

Donc les foreurs sont immortels.

 

Ce qui, en soi,  n'est pas très réjouissant car je suis à la ligne deux, et en plus ça va durer longtemps !

-          Rigolez pas les  mecs, moi aussi, je plains vos femmes.

 

Si vous les (l)'avez pas encore usée, soient ce sont des saintes, bien que sainte et femme ça peut pas marcher, en plus, ça sert à personne, et au lit, tu veux tout sauf une sainte à part si elle touche. Ce qui est marrant car  Sainte ni touche ça veut dire justement Pas sainte qui touche.  D'ailleurs les filles ne font jamais enfants de chœur.  Ou alors elles sont ….

 Mais dérapons pas, déjà!

 

Démonstration du principe.

Prenons un cas simple ;  soit un rig à terre  en Angola, ça va je sais je sais…

-          Trop simple ! dis-tu.

-          Meuh  non !  A terre c'est  plus aisément démontable, pardon démontrable. Le principe hein!

 

Au fait,  tu remarqueras qu'on a le record sans accident du groupe. Tu sais pourquoi ?

-          Facile ! On n'est pas à cheval sur les principes ! Tiens regardes Sancho, le Toolpusher, à cheval sur son manifold, le manitou d'un côté, le Kenworth de l'autre qui tirent à hue et à dia !

-          Sancho, tu pousses pas un peu  là, non ?

-         Cogno No,  faut pas pousser, faut  tirer  JP ! Regardes, en faisant corps avec la vanne, et en visant le bout de la flare line avec les volants des vannes,  ça passe juste à côté de Géoservices.

-          Mais tout juste Sancho.

-         Ben c'est pour ça que j'aligne les volants,  pour mieux  viser JP, sinon faut se déhancher et tu risques de désarçonner ! Risque d'accident !

-          Pas con, Sancho.
 
Heureusement qu'il est clair le Sancho, sinon j'aurais juré, juché et courbé à califourchon  sur son manifold qu'il s'était entraîné à faire du vélo l'autre jour dans la mangrove.

Car tu peux pas être à la fois à cheval sur les principes et sur le manifold n'est ce pas ?

Sinon la torche, ben elle passerait à travers Géoservices.

 

Et puis merde, ya plein des gendarmes partout. Alors évidemment tu te sens surveillé, tu fais gaffe pardi, donc tu fais moins de conneries et t'as pas d'accident.

Une vraie maréchaussée de gendarmes, j'ai du changer 3 km de câble ; ben maintenant les gendarmes y sortent des tuyaux. Incroyable, par la peau !

-          Hé ho, par la peau du tuyau. Dans la peau des gens, ils rentrent !

 

Pour les nouveaux, les gendarmes, c'est comme qui dirait, des échardes de fer sur un câble. En fer. Ici, y a aussi des échardes en bois, sur les manches de marteaux, et en fibre de verre  sur les manches de masse.

Bon, ya plein d'autres sortes aussi, tiens, je verrais bien notre mignonne géologue, oui celle qui tiendrait dans la main,  trébucher et se planter sur une écharde tendue, mais là on rentre dans un domaine pas bien clair de principes,  de droits et de devoirs.  

 

En gros, en  principe j'ai le devoir de ne pas prendre le droit de faire de travers.

 

On le savait, quand les hanches chaloupent, le marin chavire !

 

-          Heureusement.. , comme disait Gras-double mon safety man , heureusement que je suis un mec ! Si j'étais une femme, je serais pute : je sais pas dire non.

 

Tiens le petit N'Zombo 34, se rappelle à nous.

 

Au précèdent séjour, le puits s'était enfoncé dans la cave, oh deux pieds seulement, le poids de l'age sans doute, il a pourri par le bas.

Les producteurs, y sont de suite fatigués,  alors fatalement par déformation professionnelle y font les flow-lines en forme de béquilles : Quand tout descend ça s'appuie dessus. Pas cons les mecs.

 Les plus pratiques sont bien sûr les complétions doubles, c'est comme pour les foreurs, deux cannes et une petite conduite au milieu à purger parfois.

Et le plus marrant, c'est celle là qui nous sauve. Sur N'Zombo.

 

Tiens je le dirais à ma femme, c'est le petit tuyau au milieu qu'est le bon. Remarques elle doit s'en douter,  j'ai pas vu d'auréoles sur sa tête. Ah tiens  tu l'entends aussi  :

-          Ma parole JP, tu penses qu'à ça.

-          Meuh non chérie, je parle de la purge annulaire.

-           ??? -  j'ai épousé un fou…..

-          Je t'explique, quand ya un problème dans le puits, si tu purges pas la petite conduite, tu fais péter la tête de p... ! OOPs

-          C'est bien ça, j'ai épousé un  fou, obsédé en plus !.

 

Là, un conseil, t'as intérêt à la fermer. Déjà que t'es foreur …voir plus haut…,  tu peux que t'enfoncer si tu l'ouvres.

Comme les puits à Soyo.

 Elle peut moraliser mais sans petit tuyau à mettre au chaud  elle serait aller voir depuis longtemps ailleurs. Là où ya des tuyaux.

 

Je t'explique, le puits descendu,  posait donc  sur les béquilles, quand soudain sous l'épaule, la flow line de la long string pète pendant que les producteurs sont au casse-croûte.

Bien sur du mauvais coté de la vanne, au ras de l'arbre de Noel .

Ya le temps de peindre un hectare de manioc à l'huile d'olives mures, vu que les mecs y cassent des croûtes énormes, rabelaisiennes !

« vu que » c'est une expression hein, on les voit pas souvent, sauf devant les croûtes. Et le café.

La semaine passée j'expliquai  le nettoyage des coulures sur une flow line fuyarde. Ben c'est pareil, faut plus de sable, c'est tout. Donc c'est propre, bien que sponghuileux sous la bottine.

 

Donc le suc y gicle.

Sous l'épaule et Merde ! par le petit robinet de la petite conduite du milieu qu'en a pris un coup. C'est  mal.

Au ras de la vanne, mais là du bon coté, une chance de cocus ça marche aussi pour les producteurs.

Ils ferment, et appellent Jean-Pierre Ader et ses co…pains

  Trois petits flexibles et puis s'en vont.

Tu leur brouillonnes les trucs à faire, tout le truc et tu leur donnes 4 semaines. Au retour, ils ont remplacé les béquilles vieilles par des béquilles neuves et la tête repose sur la flow line du short string, celles qu'à pas encore cassée et qu'à  2 vannes fuyardes. Et qui descend tranquillement. On aura plus qu'à appeler Ader, le rouge. Le vrai.  

 

Conclusion, les producteurs sont comme les foreurs, en un peu plus con et un peu moins immortels. Car partis comme ça, y vont finir en barbecue avant la fin.

 

Faut réaliser que plus con qu'un foreur, t'as franchi la limite de l'infini, le foreur lui, la tangente. Eh ho par le dessous !

 

Ah,  on vient de finir de brûler tous les entonnoirs. Ouf !

Y'aura plus de preuves, je peux causer, personne pourra rien prouver. Ouais, disons qu'on a renvoyé le mudlogger « ad patres ». En gros, ça veut dire, chez son Père.

Ça compte même pas comme aveu ;  plus personne comprend le latin.

 

Voilà ;  hier sur le whiteboard du meeting…..

Ah oui, le whiteboard  c'est un tableau blanc en plastique avec lequel t'es toujours emmerdé, vu que des stylos spéciaux t'en vois pas, quand t'en voie y sont secs,  les stylos normaux ça marche pas, et la craie blanche ça se voit pas, pardi blanc sur blanc ; et à la fin, le chiffon n'essuie pas.

Avant, on avait des tableaux noir et des craies qui tombaient jamais en panne, mais c'était trop simple. On vit dans un monde, où si tu fais pas compliqué, t'as l'air d'un foreur.

Donc sur le tableau, avant le meeting, je rappelle les consignes, et les mots interdits du chantier.

-          Quoi ! Vous avez pas des mots interdits sur vos rig, vous ?

-          Meuh si ! Tout le monde a des mots interdits, prohibés, tabous. Des fois, il suffit simplement de les penser, ça te fout dans la panade.

 

Tiens exemple ; t'es en route vers le bistrot avec les copains en sortant du bureau, pour te nettoyer au bar de toutes les conneries du rig. La bière c'est bien,  ça sent pas en arrivant à la maison et ça nettoie bien. Tout d'un coup en évitant un cadavre de bouteille sur le chemin, tu t'exclames   :

-          - Putain, quel cul !!  (Appuies bien sur le tainnnn….)

-           

Et les collègues d'apprécier la beauté furtive qui glisse dans le soir, ses courbes ondulantes dans la tiédeur du  couchant, un sillage de parfum mystérieux, une mèche de cheveux que le vent caresse et veux garder pour lui, le…..etc etc…Chacun de fermer une seconde les yeux pour capter ce parfum envoûtant de femme…

 

Tu rouvres les yeux, t'étais pas avec les copains, c'est ta femme qu'est à ton bras.

Ben les mots interdits, c'est ça !

 

Et t'as qu'à essayer d'en dire un de plus à ce moment là.  

 

Ici, le « de plus », ça vaut moins. L'arythmique, ça fonctionne pas au féminin on l'a vu.

 La preuve m'était fournie un jour par Roberto alors qu'on devisait, accoudés à la rambarde de la Pride Sea-Explorer au large de la Libye.

Le soleil couchant en mer est propice à la philosophie.

Jean-Pierre,  tu vois l'autre jour, ma femme disait :

-          Mon Dieu, chéri,  avec une épouse tu as 50% de travail en moins, quand même!

-          Mon Dieu, donnez moi 2 épouses !

Ben JP, elle a pas compris le calcul, et j'ai rajouté le deux dans la liste des mots interdits.

 

Merde, oui revenons au tableau du morning meeting.

-          - Lambda, c'est  ton tour, puisque t'as encore pas calibré ton densimètre, tu  re-re-re-lis le tableau des mots interdits sur le rig ! vas-y commence !

Lambda, c'était un mudlogger Géoservices.

-          - WAIT,

-          - MAY BE,

-          - TRY,

-          - IMPOSSIBLE.

Lamdba , il était pas méchant le pôvre, mais genre foreur au carré tu vois, un peu lent dans le dedans. En plus on était en circulation avant la cimentation, j'avais un peu de temps pour rentrer dans les détails :

-          Lambda, et tes extincteurs ? y sont partis en fumée ?

-          Boss, I Have to WAIT luanda, MAY BE i can TRY to Call them again, but now IMPOSSIBLE.

 

Mon sang n'a fait qu'un tour ! Pendant ce tour, on l'a attrapé, hop dedans le brancard – exercice EVASAN-  on lui a collé un entonnoir dans la gueule, rempli de béton, jeté au bourbier, et avec l'excès de ciment qui remontait du puits, collé 20 tonnes par-dessus.

Avec le coup de bull final pour faire propre, on peut plus le pêcher.

-          Mon Seigneur qui êtes au cieux,  pardonnez-moi tous mes péchés.

 

Du coup, plus d'entonnoir.

MA femme aurait dit : JP, t'as qu'à prendre celui que t'as sur la tête. Elle est psychiatre ma femme.

Je sais, j'ai la rémission en pointillé. Ça fait des blancs donc ça file des idées noires, on vient de voir avec le tableau.

 

 Mais le semaine n'était pas finie.

 

Pendant ce temps, on promenait l'Ideco.

 

Remarques les types sont polis par ici, il te salue tout temps. C'est Pavlov, tu bouges ils saluent !

L'idéco, t'as pas à le saluer souvent. Il s'est  pas fatigué l'appareil, il était comme moi en récup. Bon, 2 semaines de peinture. Qu'on aurait pu bien faire. Sauf que la karcher est asthmatique,  donc peinture sur merde, la propreté c'est juste un mot sur une notice de karcher que quelqu'un a vu du temps de Fina. Le quelqu'un on le voit même plus depuis depuis. T'as qu'à voir.

 

-          Mais bouges tranquille JP, me disait Lannépa.

-          Ben couillon, je veux pas qu'y me peignent en gris ces cons ! Alors je bouge.

 

Vous connaissez la rengaine aussi, dans le forage, c'est comme dans la marine, tu salues tout ce qui bouge, tu peins le reste.

Et dans le fond, c'est pas con parce qu'un rig à terre à Soyo, c'est comment dire, comme un animal à exosquelette, un arthropode, un mollusque ou un crabe. Un cloporte quoi, ça tient debout par la coquille.

Dedans ya la viande, et régulièrement  faut changer de coquille.

Comme pour l'Ideco, dehors la peinture, dedans la rouille. C'est pour ça qu'il faut repeindre de temps en temps, pour faire une coquille neuve, comme pour les bernards l'hermittes si tu veux. La rouille dedans, c'est le mou.

D'où, autre expression typique de foreur  à terre :

-          La putain, ya pas beaucoup de viande, là !

 

« La putain », c'est de la ponctuation  ou une litote qui résume l'expression :

-          On savait déjà qu'yen n'avait pas beaucoup de ferraille, mais si peu que ça cette fois alors là, mon vieux. En plus en rouille, la viande. !

C'est un nom très commun. C'est plus court.

 En mer, c'est pas pareil, le viande est en fer, au cas où la peinture serait pas étanche. Encore que j'en connais kèkeus-uns d'appareils qui commencent à être des rigs à terre qui flottent à semi, zut à demi. Encore.

 

Il fut un temps où un foreur transformait souvent le fer en poisson. Maintenant, il transmute le fer en rouille. Pour vous détendre, vous pouvez jouer au jeu des sept erreurs sur chaque phrase.

 

-          Alors mon chéri, qu'est-ce que tu as fais ce séjour ?

-          Oh, du fishing pendant 4 semaines.

-          Et tu t'étonnes qu'ils ne te payent pas beaucoup après !!

 

Ça c'était avant, et aujourd'hui :

 

-          Alors JP, t'as pas fait de bêtises ?

-          Non non, on a soudé de la rouille. Et puis on l'a bien peint.

-          Et tu t'étonnes qu'ils ne te payent pas beaucoup après !!

 

Voilà, c'est comme elle dit ma femme. A quoi je lui réponds :

-          On va pas pleurer quand même, d'autant qu'en plus, on rigole bien.

-          C'est ça,…. Répond-elle  et sous son regard tout à coup inquisiteur, un doute m'envahit ;  et si des fois, elle avait  lu le principe, à  la deuxième ligne…….

 

Surtout qu'on a fini les récup un peu inquiet en partant.

Le week end, on était parti avec les femmes et un nouveau collègue, François, au club de gym du Cap d'agde, un marrant. Y'a pas mal de monde au Club. Il est bien parce que le vestiaire des femmes jouxte celui des mecs, on voit rien mais on entend tout.

François, pour rigoler se fout à poil, se jette un sac en plastique sur la tête, et  part cavaler en rigolant chez les filles.

On entend les trois gonzesses d'à côté, qui bien sûr matent la zigounette du François :

-          Ouf c'est pas mon mari dit la première.

-          Ça c'est clair, dit sa copine.

-          Et c'est même pas un type du club ! Dit la troisième.

 

Nous vivons dans un monde inquiétant, incertain et fragile.

 

Bon courage et à la semaine prochaine.

Accueil Remonter