Happiness is a luxury

 

Ouais mon vieux!
 

Ah oui, excuses moi , je répondais à l’inspecteur de tuyaux  sur mon nouveau rig, Une semi-submersible TransOcéan Richardson, TOR pour les intimes.

 

 


Parce  que  je  suis  passé  chez les grands, alors on allait voir ce qu’on allait  voir, fini les rigs antédiluviens, cloportes à squelette externe de  mon dernier rapport : tu te souviens, dur dehors, mou dedans, terminé !
La coquille en dur, c’étaient  la peinture et le mou à l’intérieur la rouille.
-     Eh ben,  sur les flottants, mon pote, c’est pas mal pareil, sauf Kya moins de peinture. Et pour l’étanchéité, t’appliques la règle dite  «  de  l’étanchéité  du boîtier électrique Halliburton » :

-     Est étanche un truc qui empêche l’eau qui est entrée de ressortir.

 

 


 

Donc  sur  le  Richardson,  c’est bien étanche, vers le dehors, car ça fuit bien vers le dedans.
Eh ho ; mais que sous l’eau hein !
Dessus j’ai pas vu, à Walvis Bay, y pleut jamais. Malin Transocéan.

 

Faudra que je tienne le Fifi (2) vachement près, dès fois que le Transocéan ait envie  de  transpercer  l’océan, traverser  dans l’épaisseur quoi!  

Nous on est concerné  par  la  planète, la gravité ça pollue pas donc comme ça le rig y bougera  tout  seul. Mais vers le bas et en plus avec le Du Bellay, c’est mon back  to  back, un poète,  on serait champion parce que posé sur le fond de l'océan,  on forerait  comme à terre et là on est bon.
-     Back to back et ensemble, ça veut pas dire qu’on joue à la bête à deux dos hein !

Chez nos fiers copains d'antan,  on avait même essayé de  voir combien de temps ça flottait une semi sans remplacer les Sea chest valves. (Vannes de coques)
-     Mais putain JP, me disait mon petit chef d'alors, tu comprends rien en budget, tes vannes c’est pas au budget et en plus on trouve plus les boulons certifiés idoines, alors on  s’emmerde plus avé les vannes.
-     Total, comme dirait l’autre, 8 +25. Huit degrés – c’était la gîte quand tu remplis où y faut pas, parce que la vanne de coque bien rouillées ca part d'un coup.  25 millions c'est pour les  réparations. Pour une vanne qu’existait plus sauf au fond de la semi, et qui voulait nous y envoyer. Au fond.

Mince, je m’égare.
Allez  je  vous passe mon test superviseur forage, car ça marche aussi avec company man.
Tu  te pointes dans la cabine mud logging, faut les PPE même dedans, ouais, c’est glauque. Glauque avant qu’on passe à la boue à l’huile.
-     Meeeerde JP, tire la langue ! me gueule le safety man !
-     AAAAHHHH !
-     Ben ouais mon pauvre JP,  faut que tu passes vite au main store, pour qu’on t’implantes une langue en bois.
-      ?
-     Ouais la boue a l’huile ça existe plus, t’as que du non-aqueous base mud, NABM. On n'a meme plus le droit de dire le mot. La NABM, c’est de la boue à huile sans huile, mais avec de l’huile quand même.

Alors,  qu’on  te  demandait  juste de pas en foutre partout de l’huile, on a préféré changer  le nom pour la télé.


-     Non-aqueous c’est latin, ça fait savant,

-     Un savant, c’est propre,
-     Donc les taches de non-aqueous c’est propre !
 

L’important c’est le public.
 -     Si je dis pas le nom ; j’ai droit d’en foutre un peu partout de l’aqueous pour  décoincer ma garniture ?
 

Un  peu  comme  avec les filles, ya plein de trucs que tu peux pas dire en public, mais que t’as vachement intérêt à faire en privé.
Maintenant tu sais pourquoi les gazelles en prenant de l’expérience ont les cheveux  courts,  c’est  quand elles ont compris que des fois on se loupe et qu’on  en  met un peu partout. Surtout quand elles te font des bisous ou qu’on doit  pas dire en public. Pardi, les cheveux longs c’est plus long à laver.
Par définition. Et par expérience.

 De toute façon, à la fin ça coûte cher. On parle bien de  l’aqueux  hein !

Donc  t’es  dedans  la  cabine  des  mudloggers,  tu  te  mets  à  la loupe binoculaire  et tu regardes les petits cailloux en papotant. Après 5minutes t’es rentré dans le décor, le test commence. Faut faire dans le nonchalant, local quoi, les mirettes vissées sur les gravillons:
-     Dis,  tu le vois souvent le superviseur forage?
-     Ben non, pas trop.
Suivez bien les mecs, nouvelle unité de temps là,– le « pas trop ».
-     Pas trop combien ?
-     Bon pas trop, vers deux ans, comme ça.

Le « comme ça », ça vaut virgule « pas trop ».

Surtout  reste  les  yeux  collés  à la loupe, faut que ça paraisse normal. Tritures  les  fossiles avec la petite aiguille, ouais celle qui est planté dans le carton.
-     Et le company man y vient des  fois ?
-     Bon un peu plus souvent mais pas trop non plus.
-     Et le géologue ?
Le  type se doute d’un truc là, et te regardes de travers, il se demande si t’as jamais foutu les pieds sur un rig normal:
-     Ben voyons,  c’est pas la peine, pasqu’on lui porte les logs !
Donc pour lui c’est normal au mec.
-     Ah ouais je suis con, c’est vrai.
Tu l’entends qui pense :
-     Ouais ça on l’a vu, t’es foreur !

C’était  sur ma semi d’avant avant, quand j’étais du mauvais côté du stylo. Et  sur  mon  rig  de  Soyo,  et  sur  mon  rig  du Nigeria et sur mes rigs d’Al….Faut faire toujours ses petites inspections. Tu aprecies les constantes.

Ah oui , revenons sur la Richardson où on était en train d’inspecter.
-     merde, attends le rig appelle.
-     Blablabla..blablabla
….
      - Alors ?
      -  Bon  rien,  les  coureurs  d’océan  jouent  au yoyo avec les grues  maintenant.  Mais j’aime pas qu’ils le fassent avec des types au bout  de  la  tag  line,   les cordes on les a pas inspecté !! Puis ça fait désordre quoi.

A  Soyo,  y’avait pas que les rigs qui étaient ancestraux, j’étais dans les jeunots, fatalement t’y croient au bout d’un moment.  L’Augusto  affichait ses 63 printemps, floorman l’auguste foreur. Bon trois femmes  aussi,  ça  maintient  apparemment  mais  ça coûte pas mal on a vu.
Faudra que j’en parle à ma chérie qui s’inquiétait pour ma santé !
En  plus  avec  les quelques neurones qui restent, t’as l’impression d’être bougrement  malin,  vu  que les  autres, y’z’en ont encore moins! Et à bord d’une semi, c’est tout à moitié, alors  forcément  y’sont  maladroits!

La  preuve,  ils ont loupé le type quand ils lui ont  balancé un tube de 12 pouces sur la tronche.
-     OK Ok, un mètre à coté à 30m de  distance c’est pas trop mal, tu dis?
-     Mais Merde, c’est juste à l’aplomb quand même! Et a l'interieur d'un patte, tu devrais pas le rater quoi!Savent même pas viser!
-     Alors  tu tires ou tu pointes ?
-     Ouais,  à NPE, si on continue.

Ici,  ça  change,  t’as  les  bip  bip de l’encéphale, une bande de jeunes, d’ailleurs  y m’appellent papa-gâteaux.
Tiens-toi  bien,  les mecs j’aurais pu les semer moi même dans les matrices accueillantes  ya fort longtemps; bon mais des fois quand les blancs becs y te disent:
-     Tiens je te montre, JP!
T’as vachement l’impression qu’ils mangent l’objet petit « a ».  Celui sans chapeau, à la fin sur  gâte
aux.  Zut gâteaux.
Surtout que ces jeunes y’zont pas souvent tord.

D’ailleurs, le chef  avait ordonné :
-     JP, à TOR !
T’as qu’à voir. J’ai donc pas intérêt à faire de travers.

Ma femme elle m’a dit  avant hier :
-     JP, tu vas pas chez eux aussi,  commencer à  faire les choses à Tor et à travers !
-     Meuh non chérie,  TOR c’est mon rig, ATRAVER c’est pas le mien. Sur le mien on y passe, tellement il est en rouille.  Mais j’ai bien entendu au meeting l’autre jour qu’ils faisaient aussi de travers, pas loin, chez nos anciens camarades.

Voilà,  tu  vois  je suis pas tellement dépaysé finalement,  on rigole bien aussi,  sauf  que  la  surprise  c’est  qu’il  y  ait autant  de conneries. Proportionnellement au poids sans doute !  Alors des fois, je perds mon calme. Un peu. D’ailleurs quand t’es arrivé, mon surveyor demandait :

-     Mais JP, si je demande tout le temps les résultats d’inspections, y vont pas être heureux, les traverseurs d’océan !
-     Mon pote, ici le bonheur est un luxe. C'est en option.

Voilà  je  te  laisse  là,  ouais  faut  reprendre  la KYA. La KYA c’est ma bagnole,  une sorte de 4L en couleur.
KYA c’est du chinois, en Gaulois ça veut dire KYA pas de freins, KYA pas de courroies, KYA pas de place et KYA pas d’essence.
Le premier qui dit :
      -  C’est  comme  ta   semi alors,  une coquille dure dehors et la mou dedans, je le mute  illico !
À TOR. Et à raison. Dedans.

Ah mon pote, si tu veux nous visiter à Hector et moi, faut prendre la rue à droite  où  il  y  a un grand voilier sur une pub,  ensuite  le plus simple c’est   prendre  ton  détecteur  de  gaz,  demandes  celui du rig, puis tu roules
jusqu’à une grande flaque, et là tu regardes le détecteur, quand ça fait  bip  bip,  non  c’est pas un ingénieur, c’est que tu es au pic de gaz, t’es bien en face la grille. Nos égouts débordent juste devant. C’est pratique.


Au  fait  l’autre jour, mon collegue Jules y passe dans mon bureau, t’aurais vu la tronche du type !
 Réflexe  qualitatif,  - faut avoir subi du training là, c’est pas naturel - le type me tance :
-     JP, un bureau encombré dénote un esprit encombré !
-     Merde, un point mec !

Donc,  le  lendemain  je  fais  une  tentative de cireur de pompes dans son bureau,  des  fois  qu’en  plus,  le Jules soit de la famille  Judas et me dénonce  au  grand  Centurion.  Ouais,  l’André il a bien 100 types sous sa houlette.

Donc  j’entre dans le bureau du Jules. Meeeerde ! Le bureau, net, que dalle, un  miroir, vide :
-     Jules le truc du  bureau encombré, quand c’est vide  ça dénote quoi ?

Moralité : quand t’es foreur, en pompes ça va, mais en cireur t’es nul !


Jean-Pierre
Foreur maçon chez Total. (1) le 10 novembre 2008

(1)   ouais, j’ai un putain de sablier dix fois par jour sur mon poste. Par pitié, une âme compatissante pour me foutre au moins une Kelly qui tourne !!

(2) Le Fifi c'est un bateau qui est equipe pour faire le firefighting, un bateau pompier quoi.

 

 

 

 

 

Argonaute III

 

 

 

 

Accueil Remonter Le weekly 49 de Rigless Joe